Connect with us

Formule 1

Alonso défend son début de saison et juge les critiques “injustes”

Les six premières courses de Fernando Alonso à son retour en Formule 1 ont eu un peu de tout. Ce qui a été vu à Bakou a ravivé les espoirs de ses fans, mais le coureur espagnol considère que les critiques ont été excessives.

Fernando Alonso a souffert lors des six premières courses de la saison après son retour en Formule 1 et cela a incité de nombreux fans et journalistes à manifester notre inquiétude à ce sujet.

Mais le problème n’a pas été tant ses performances que le fait qu’un pilote qui a fait preuve d’une adaptabilité exceptionnelle et a livré des performances spectaculaires pendant tant d’années, a été vulnérable cette année.

“L’opinion générale était qu’il souffrait beaucoup, même par rapport à d’autres pilotes qui ont changé d’équipe”

Alonso lui-même a reconnu à plusieurs reprises que son niveau n’était pas celui auquel il s’attendait , mais l’Espagnol considère que certaines critiques ont été excessives. « Je n’étais pas très malheureux dans certaines des autres courses qui, selon l’opinion générale, étaient très mauvaises . Je ne pense pas qu’ils étaient si mauvais. A Barcelone, on allait s’arrêter et on n’y est pas arrivé, mais on était à peu près au même rythme qu’Esteban (Ocon) ».

« A Monaco, je pense avoir terminé à deux secondes d’Esteban. Et cela s’est répété chaque week-end, mais l’opinion générale était qu’il souffrait beaucoup, même par rapport à d’autres pilotes qui ont changé d’équipe cette année , Daniel (Ricciardo) ou qui que ce soit », réitère Alonso.

Beaucoup de travail à l’ombre

Fernando Alonso est certainement jugé avec une échelle beaucoup plus exigeante en raison de son prestige et de ses capacités. Indépendamment de cela, l’Asturien pense que les choses changent.

«Je pense que ce n’était pas juste, car il y a une grande différence entre ce que les autres ont souffert et ce que je souffrais. Il savait que ce n’était qu’une question de temps. Cette fois, ça s’est bien passé, mais je pense qu’il y a plus à venir. Je ne suis pas inquiet pour ma performance », dit- il .

A Bakou, Alonso a connu un week-end positif, battant à tout moment Esteban Ocon , atteignant la Q3 en qualifications et terminant la course en sixième position. Un résultat radicalement différent de Monaco.

“Nous avons travaillé sur la voiture entre Monaco et Bakou pour comprendre nos problèmes et analyser pourquoi à Monaco nous n’avons pas réussi à obtenir les meilleures performances des pneus”, explique Fernando Alonso.

« Nous travaillons beaucoup avec les ingénieurs, j’ai eu beaucoup de réunions entre Monaco et Bakou, des réunions en ligne lorsque nous étions chez nous ou lorsque nous travaillions sur le simulateur. Alors oui, vous savez, dans la semaine entre les courses, nous travaillons dur », conclut le coureur alpin.

Beaucoup de travail, de dévouement et d’engagement. Des qualités qui ne manqueront jamais à Fernando Alonso dans une voiture de course.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Tendance