Connect with us

Formule 1

Alonso revient dans sa meilleure version : « Enfin une petite récompense »

Bien qu’il n’ait pas connu un rythme positif pendant la majeure partie de la course, étant dépassé par différents rivaux dans la ligne droite, Alonso a pu grimper jusqu’à 4 places dans les deux derniers tours après le drapeau rouge.

Condamné à se contenter d’un temps réalisé avec un pneu usé et en moins bon état que ceux de ses rivaux dans les différents points clés du classement, Fernando Alonso a réussi à se hisser en 6e position à Bakou après un sprint de 2 tours après avoir profité d’un bon rythme lors des 49 tours précédents. Les performances globales de l’Alpine A521 ne lui ont pas permis de se défendre et il a naturellement perdu plusieurs places lorsque l’utilisation du DRS a été autorisée , mais ses performances après le drapeau rouge ont permis de rattraper le terrain perdu.

“Heureux; Je parlais à l’équipe avant le point culminant et je disais… « Écoutez, nous allons tout donner. S’il y a un écart, j’entrerai. Si on perd un point, on va contre le mur ou on perd l’aileron avant bien regarde, pas de chance, mais au moins on va essayer », a expliqué Alonso à propos de son retour. « C’était deux tours très marrants, ils avaient peu de goût. Presque un autre moment fort aurait été bien.”

L’abandon prématuré de son coéquipier en raison de problèmes dans son groupe motopropulseur le laissait comme le seul survivant de l’équipe de France en piste, un revers qu’Alpine devra revoir en même temps que les erreurs dans les échappements. « La voiture s’est également très bien déroulée, la vérité est que les gars de l’équipe ont fait un excellent travail dans les derniers départs : pour 3 ou 4 Grands Prix, nous sommes toujours dans le Top 3 de ceux qui ont commencé , donc ça aide. ont saisi le moment”, a poursuivi Alonso.

«Aujourd’hui s’est bien passé, d’autres fois ça se passe mal. On essaie toujours de le préparer de la même manière, aujourd’hui on a eu un peu de chance avec nous. Il y a encore du travail à faire, car je pense que jusque-là en course nous étions un peu lents, nous devons continuer à travailler . Au final une petite récompense qui fait le bonheur de l’après-midi”, a-t-il ajouté.

Tendance positive

Il a lui-même récemment reconnu que l’aspect qui lui coûte le plus cher à « apprivoiser » dans son retour en Formule 1 sont les pneus, un élément essentiel de la première catégorie du sport automobile aujourd’hui, donc la préoccupation était juste et nécessaire, faisant pleinement confiance à son capacités à renverser la situation. Les moments forts derrière la Safety Car lui ont permis de tester comment les chauffer et les faire fonctionner correctement, une leçon à en tirer.

«Là [dans les faits saillants] j’avais un sacré avantage, car je m’étais arrêté pour mettre les rouges. Ce sont de bonnes décisions dans les arrêts et dans le système de sortie que nous avons bien travaillé depuis quelques mois déjà. Je me sens plus à l’aise, je pense que le week-end avait été assez solide et faire 10ème était peu de récompense pour l’équipe et pour moi, donc maintenant je suis plus heureux » , a- t-il expliqué.

«Je pense que le décollage de Monaco était un peu étrange là-bas, mais… même à Monaco, les FP1, FP2, FP3 et dimanche ont été très bons de ma part en termes de confiance et de rythme avec la voiture. Samedi, en terminant 17e à Monaco, l’histoire est terminée, donc… C’était un samedi un peu étrange à Monaco, si j’enlève ça je pense qu’il y a une ligne du Portugal dont je suis assez satisfait », a conclu un Alonso qui aspire montrer sa meilleure version course après course et non à des moments précis.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Tendance