Connect with us

Formule 1

Alpine, obligé de performer à domicile et avec le compte en attente du rythme en course

Après deux Grands Prix décevants sur circuits urbains, Alpine se lance dans la course à domicile avec des doutes sur ses performances réelles en conditions de course. Fernando Alonso, qui a remporté un grand succès en France, espère confirmer son évolution.

L’égalité qui existe cette année entraîne des résultats surprenants et de nombreux hauts et bas entre les équipes. Mais Alpine a du mal à trouver sa place sur la grille et, surtout le dimanche, peine à devenir un solide candidat aux points.

Ses performances lors des deux derniers Grands Prix, disputés sur les circuits urbains de Monaco et de Bakou, ont été particulièrement décevantes, même si la maîtrise de Fernando Alonso dans les deux derniers tours de la course a permis à Alpine de marquer huit points dans les rues azerbaïdjanaises.

“Nous avons du travail à faire pour comprendre notre déficit de rythme de course et c’est quelque chose que nous étudions activement.”

Il est maintenant temps de participer au Grand Prix de France , dans lequel la pression sera plus grande car c’est la course à domicile. « Pour chaque équipe, une course à domicile est spéciale, admet Marcin Budkowski. « C’est un plaisir de représenter Alpine sur le sol français, surtout dans une si belle région, mais une plus grande attention est également portée à l’équipe. Il y a plus de fans, de VIP et de cadres du Groupe Renault et donc une pression supplémentaire pour performer.’

“Cependant, une fois le week-end de course commencé, chaque individu se concentre sur le fait de tirer le meilleur parti de la voiture, des pilotes et de toute l’équipe, comme nous le faisons à chaque course”, explique le PDG d’Alpine.

Concernant les performances de la voiture lors des dernières manches, Budkowski a noté que « le Paul Ricard est un excellent circuit avec des combinaisons excitantes de virages à basse, moyenne et haute vitesse, ainsi que de longues lignes droites qui donnent des opportunités de dépassement . C’est plus conventionnel que Monaco et Bakou, avec des failles et des pilotes capables de repousser les limites sans risquer les conséquences extrêmes que nous avons vues lors des deux dernières manches.

“En plus de quelques améliorations mineures à la voiture, nous avons dû apporter quelques modifications à notre aileron arrière , conformément à la nouvelle directive technique émise par la FIA”, explique l’ingénieur polonais.

« Nous avons du travail à faire pour comprendre notre déficit de rythme de course et c’est quelque chose que nous étudions activement . Il est clair que la voiture est capable de bien performer en qualifications, mais sur certains circuits, il semble que nous ne puissions pas reproduire ce bon rythme en conditions de course et c’est quelque chose que nous devons surmonter pour marquer plus de points au championnat.

Esteban Ocon, de retour à la compétition en France

L’ un des plus motivés sera à Paul Ricard sera Esteban Ocon, qui a participé dernier sur le sol français en 2018. « Il semble que beaucoup de temps depuis que je participais au Grand Prix en France pour la dernière fois , donc je suis prêt et impatient de le faire une fois de plus ce week-end. J’ai une motivation et une énergie supplémentaires pour cette course. Je pense que tout le monde dans l’équipe est désespéré d’avoir une bonne course à domicile et nous allons travailler dur pour y parvenir. »

« C’est le sud de la France, du beau temps, des supporters dans les tribunes et les voitures les plus rapides du monde… J’ai hâte ! C’est un morceau que j’aime bien et j’y ai de bons souvenirs. C’est là que j’ai décroché ma première victoire en monoplace en Formule Renault Eurocup 2013, donc c’est quelque chose dont je me souviendrai toujours », avoue le Français.

« Le tour est assez intense avec quelques combinaisons de virages rapides et de sections à grande vitesse . Il y a aussi quelques opportunités de dépassement, principalement à la chicane arrière, donc je suis sûr que ce sera un bon événement pour les fans. Nous ferons de notre mieux et chercherons des points ».

Fernando Alonso, à la recherche de souvenirs plus positifs

Quant au double champion du monde, Fernando Alonso , ce sont les bons moments nombreux et variés qu’il a vécus sur les circuits du pays français.

« J’aime toujours courir en France. J’ai eu de bons résultats en Formule 1 et dans d’autres catégories de sport automobile dans ce pays, mais le circuit Paul Ricard est en fait une piste que je ne connais pas très bien, car je n’ai couru qu’une seule fois ici en Formule 1 » , admet Alonso.

« La piste est revenue avec quelques ajustements mineurs pour aider à améliorer la course, nous l’évaluerons donc au début du week-end. Le circuit comporte de nombreuses sections à grande vitesse et le virage 10 sera amusant dans ces voitures de Formule 1 modernes . Il y a pas mal de failles autour du circuit, ce qui signifie que les erreurs sont moins susceptibles d’être punies. Ce sera différent de ce que nous vivons à la fois à Monaco et à Bakou et, espérons-le, nous pourrons offrir un spectacle aux fans », espère l’Espagnol.

Alonso a brillé à Bakou et admet qu’il est revenu sur les deux derniers tours à plusieurs reprises. « C’était très amusant et je l’ai vu plusieurs fois . Nous avons eu beaucoup de chance que le drapeau rouge nous ait donné une autre chance et nous l’avons saisie. Il faut profiter de ces moments. Notre choix de pneus après le drapeau rouge était intelligent et nous semblions avoir une adhérence immédiate dans le premier tour du redémarrage, nous avons donc pu essayer des mouvements audacieux au virage 1. Dépasser dans le virage 5 n’est normalement pas l’endroit où vous pouvez le faire. bouger, mais nous l’avons eu.

Désormais, Fernando Alonso espère continuer à grandir après les bons moments de Bakou et confirmer au Paul Ricard son évolution aux commandes de l’Alpine A521. « La victoire en 2005 à Magny-Cours était bonne pour des raisons évidentes. Nous avons mené la course dès le départ et j’ai pu passer au stand tout en restant devant tout le monde. C’était ma cinquième et sixième victoire Renault de la saison et cet élan que nous avons maintenu tout le reste de l’année était essentiel pour remporter les deux championnats. Gagner deux fois les 24 Heures du Mans était aussi très spécial et je n’oublierai pas ces souvenirs . J’espère que nous pourrons créer plus de souvenirs sur le circuit Paul Ricard ce week-end.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Tendance