Connect with us

Formule 1

Amère huitième place pour Sainz : « La sensation avec le pneu m’a coûté la course »

Carlos Sainz a dû se contenter d’une discrète huitième place au terme d’une course très mouvementée où il n’était pas à l’aise avec la température des pneus. Malgré cela, le Madrilène a ajouté pour la cinquième fois cette année.

Ferrari a donné la cloche hier lors des qualifications , mais les signes de vendredi n’étaient pas bons en ce qui concerne le rythme de course et le Grand Prix d’Azerbaïdjan l’ a confirmé.

Charles Leclerc n’a rien pu faire pour défendre sa pole position samedi et a dû se contenter de la quatrième position finale, tandis que Carlos Sainz est passé de la cinquième position de départ à la huitième en fin de course.

Et c’est que le Madrilène a subi l’indicible avec les pneumatiques au départ de chaque relais, aussi bien dans les deux départs à l’arrêt, qu’après l’arrêt au stand et la relance après la Safety Car .

“Chaque fois que j’avais un pneu froid, j’avais tendance à beaucoup bloquer les roues avant et je perdais beaucoup de confiance”

« Une mauvaise course, ce n’était pas une bonne journée. Dès le départ, la sensation avec la voiture n’était pas la même que pendant le week-end , et à chaque fois que le pneu était froid -que ce soit lors de la première sortie, après le ravitaillement ou lors de la dernière sortie- la vérité est que le le sentiment n’était pas le meilleur », a admis Carlos Sainz à la fin de la course.

« Je dois essayer de m’améliorer, car cela m’a coûté la course avec cette erreur au virage 8. Chaque fois que j’avais un pneu froid, j’avais tendance à beaucoup bloquer les roues avant et je perdais beaucoup de confiance . Dès que j’ai mis le pneu dur, j’étais un peu perdu et bloqué en permanence. Ensuite, le rythme n’était pas mauvais, mais il y a eu trois ou quatre points en course qui m’ont coûté la journée », a approuvé Sainz.

Une faiblesse

Carlos Sainz a déjà souffert de cette maladie à d’autres occasions cette année, ce qui est encore plus important sur un circuit urbain comme celui de Bakou et qui lui a beaucoup pesé. « C’est le seul point faible que j’ai en ce moment avec cette voiture : la sensation avec les pneus avant et les freins quand ils sont un peu froids. J’ai du mal à certaines positions dans les sorties, j’ai du mal à bloquer les pneus et à les laisser un peu à plat pour le reste du relais ».

La plus grosse erreur de toutes a été la passe de freinage au virage 8 à la sortie des stands après être passé aux pneus durs, car cela l’a ramené à la 15e position et seuls les incidents ultérieurs lui ont permis de se relancer dans la lutte pour les points.

« J’ai dû faire une erreur de concentration dans le virage 8 , car c’était trop gros pour le justifier avec la sensation des pneus. C’est ce qu’il y a, tous les jours ne sont pas une fête et il faut savoir l’accepter et savoir s’améliorer », explique le pilote Ferrari, qui espère souffrir moins sur les courses estivales.

“Dès que les courses les plus chaudes arriveront sur des circuits plus normaux, ce ne sera pas tellement un problème, et si c’est le cas, nous devons essayer de l’améliorer car il est clair, comme vous l’avez vu aujourd’hui, que le processus d’adaptation n’est pas complètement complet et il y a encore des petites choses à améliorer » , a conclu Sainz, qui avec les quatre points d’aujourd’hui totalise 42 et est septième au classement général des pilotes.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Tendance