Connect with us

Formule 1

Bottas, “confus” par sa performance à Bakou, pointe un problème dans sa Mercedes

La performance de Valtteri Bottas en Azerbaïdjan a été l’une des mauvaises surprises du week-end, mais le pilote finlandais ne trouve pas d’explication à ce qui s’est passé et n’exclut pas qu’il y ait un problème avec sa voiture.

Il arrive parfois que les monoplaces souffrent de fissures dans le châssis ou de problèmes structurels qui affectent leur comportement et confondent les pilotes et les ingénieurs, car rien de ce qu’ils essaient d’améliorer leurs performances n’a d’effet.

C’est ce qui pourrait arriver à la Mercedes #77 de Valtteri Bottas ou du moins c’est ce que le pilote et l’équipe apprécient autant que possible après un week-end très étrange à Bakou. Et, alors que Lewis Hamilton a réussi à s’accrocher à la lutte pour la pole et la victoire, le Finlandais n’a même pas pu marquer de points dans une course où il n’a jamais réussi à offrir un rythme digne de sa voiture.

“Ce n’est pas normal. C’est quelque chose qu’il faut comprendre avant d’aller en France »

“C’était en fait assez similaire aux qualifications et la majeure partie de vendredi, vraiment le problème principal était le manque de rythme et le fait de ne pas être assez rapide”, a admis Bottas à la fin des essais de dimanche dernier.

« En course, j’ai très vite vu que je ne pouvais pas suivre les voitures de devant, surtout quand une Aston Martin me devançait. Je suis confus. C’est très rare”, a-t-il souligné. Je ne me souviens pas de ce genre de week-end. Il y a eu des week-ends où j’ai eu de mauvaises séances, mais toujours à un moment donné j’ai eu le rythme . Mais ce week-end, le problème est resté et je n’ai pas compris ce qui ne va pas.

De gagner à ne pas marquer

Comme Bottas l’a lui-même rappelé, lors de la dernière édition du Grand Prix d’Azerbaïdjan, il a remporté la pole et la victoire, ce qui en fait un circuit où il sait aller vite. Cependant, cette année, son parcours peut se résumer à une 10e position sur la grille et une 12e en course.

Je sais être rapide ici, mais je ne peux pas aller plus vite, donc honnêtement, je n’en ai aucune idée. Je me sentais comme un canard assis, les voitures allaient à gauche et à droite et je ne pouvais rien faire”, a-t-il déploré.

“Ce n’est pas normal. C’est quelque chose que nous devons comprendre avant d’aller en France. Le plus logique serait de trouver quelque chose dans la voiture, mais sinon, ce doit être les pneus . Mais nous courons tous avec les mêmes pressions, les mêmes températures, il faut le découvrir. Pour le moment, je ne sais pas », a réitéré Bottas.

L’autre option est l’incapacité de Bottas à générer de la température dans les pneus, un problème typique à Bakou et qui a affecté plusieurs pilotes. La réponse à cette question se trouve dans Paul Ricard .

« La France, bien sûr, est différente : de longs virages à grande vitesse. L’échauffement des pneus devrait être un peu plus facile, au moins pour la prochaine course , et après on verra. Beaucoup à apprendre de ce week-end, mais aussi beaucoup à oublier », a conclu Bottas.

Après six courses, Valtteri Bottas est sixième au classement général des pilotes avec 47 points, cinq de moins que Charles Leclerc et cinq de plus que Carlos Sainz.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Tendance